Assurance Vie

Pourquoi investir en assurance vie ?

L’assurance vie est souvent désigné par les professionnels mais aussi les épargnants comme le couteau Suisse de l’épargne. Extrêmement souple et intéressant fiscalement à tous les niveaux, il répond à la plupart des problématiques de la gestion, de la croissance et de la transmission de votre patrimoine. Il s’agit donc de l’un des meilleurs placements financiers qui existe. L’assurance vie est un moyen sûr et sécurisé (en fonction des supports que vous choisirez) de constituer un capital qui est disponible à tout moment. Ce capital pour servir à répondre à un besoin spécifique comme un apport pour le financement de votre résidence principale à crédit, anticiper votre retraite ou tout simplement pour optimiser la fiscalité sur la succession de vos enfants. Pour des montants au-delà de 100 000 euros d’investissement nous vous conseillons également de prêter attention aux contrats d’assurance vie Luxembourgeois.

Comment fonctionne l’assurance vie ?

L’essentiel de l’assurance vie, ce qu’il faut retenir

L’assurance vie est un enveloppe fiscale financière qui permet de constituer une épargne disponible à tout moment. Le montant de cette épargne sera fonction des versements effectués par l’épargnant, de leurs fréquences et de la durée du contrat d’assurance vie. Depuis de nombreuses années l’assurance vie demeure le placement préféré des Français. En investissant en assurance vie le souscripteur va se constituer une épargne sur le long terme dont il pourra bénéficier à la sortie sous forme de capital ou de rente.

Les contrats d’assurance vie se présentent comme l’un des principaux supports de l’épargne retraite par capitalisation. Les premiers contrats d’assurance vie modernes voient le jour juste avant la seconde guerre mondiale au cours de l’année 1938. Il rentre alors peu à peu dans la panoplie patrimoniale des épargnants français en même que se crée le code général des assurances pour régir ce nouveau produit d’investissement.

C’est dans les années 80 soit au plus haut des rendements sur les produits d’investissements financiers que l’assurance vie se développe à grande échelle, en 1988 par exemple le rendement moyen des fonds en euros des compagnies d’assurance dépassait les 6% par an.

Depuis ce jour l’assurance vie est devenue et demeure le produit d’épargne préféré des ménages en France surtout concernant la préparation à  la retraite et la transmission de son patrimoine grâce à l’avantage fiscal sur la succession qu’offre l’assurance vie.

Le fond en euros

il s’agit du support préféré des épargnants. Il offre la plus sécurité à vos investissements. Le fond en euros retrouve des couleurs en termes de performances depuis 2 ans et la remontée des taux de la banque centrale européenne. Le fond en euros est le support préféré des épargnants qui ont le degré d’aversion au risque le plus élevé puisque le capital est garanti.

Les unités de comptes ou UC.

Les unités de comptes sont des supports d’investissements proposés par les compagnies d’assurance au sein de leurs contrats. Il existe de nombreux types de supports en assurance vie :

  • Actions (sicav et FCPI)
  • Obligations (sicav et FCP)
  • Diversifiés (sicav et FCPI)
  • Titres vifs (actions)
  • ETF (gestion indicielle)
  • SCPI (immobilier)
  • OPCI (immobilier)
  • Produits structurés

Les unités de comptes sont des supports d’investissements plus risqués que les fonds en euros mais dont l’objectif de performance à long terme est plus élevé que celui des fonds en euros. Les unités de comptes vont donc investir sur les marchés financiers et immobiliers selon l’allocation choisie par l’épargnant après analyse de sa situation avec son conseiller en investissement financier (CIF)

Quels sont les avantages de l’assurance vie.

Si les investissements en assurance vie connaissent un tel succès depuis aussi longtemps c’est que les avantages d’investir sur ce type de supports sont nombreux. Un produit d’investissement souple, liquide, accessible bénéficiant de nombreux avantages.

Un placement d’une grande souplesse et accessible à tous

Il existe très peu de produits d’épargne qui vous permettent à la fois de constituer un patrimoine financier sans voir pour autant vos versements bloqués pendant un certain temps. A cet effet, le contrat d’assurance vie fait figure d’exception. En effet la législation sur l’assurance vie permet à l’épargnant de récupérer à tout moment de récupérer une partie ou la totalité de ces versements grâce à un rachat partie ou total de son contrat. De plus les contrats d’assurance vie proposent désormais pour la plupart un grand nombre d’unités de comptes permettant aux épargnants les plus exigeants de construire une allocation diversifiée répondants à leurs attentes. Enfin l’assurance vie est produit particulièrement accessibles puisque de nombreux contrats sont accessibles à partir de quelques centaines d’euros.

Un placement grâce auquel vous allez pouvoir constituer un patrimoine.

Un contrat d’assurance-vie offre la possibilité d’épargner à moyen ou long terme librement. En effet, le souscripteur peut effectuer des versements libres ou programmés en fonction de ses capacités d’épargne et de ses objectifs. Au fil du temps, il se constitue ainsi un capital accessible à tout moment. L’assurance-vie lui permet donc de faire face aux aléas qui peuvent survenir au cours de sa vie et qui nécessitent parfois un soutien financier. Elle peut également constituer un complément de revenus en vue de la retraite. Il s’agit donc d’un placement financier sans contrainte et sans plafond d’épargne.

Un placement à la fiscalité avantageuse

L’attractivité de l’assurance-vie réside également dans la fiscalité avantageuse qu’elle offre en cas de rachat. Qu’il soit partiel ou total, le rachat comporte une part de capital et une part d’intérêts. Or, seule la part d’intérêts est soumise à l’impôt. De plus, le taux appliqué est fonction de la durée de détention. En somme, plus la durée de détention du contrat est élevée, plus le taux de taxation est allégé. De plus, le souscripteur bénéficie d’un abattement annuel, après 8 ans, sur les intérêts dégagés par son assurance-vie. Une fiscalité vraiment avantageuse qui explique la place de choix de l’assurance-vie dans le cœur des Français.

UN PLACEMENT POUR TRANSMETTRE SON PATRIMOINE À MOINDRE COÛT

Au moment de souscrire une assurance-vie, vous devez choisir un ou plusieurs bénéficiaires, c’est-à-dire désigner une ou plusieurs personnes qui, en cas de décès, percevront le capital à votre place. Il s’agit là aussi d’une spécificité de l’assurance-vie qui présente un avantage non-négligeable : la possibilité de transmettre un patrimoine hors succession. Là encore, les conditions fiscales appliquées sont très favorables (abattement et taux de taxation allégé). Si l’assurance-vie échappe aux droits de succession classiques, c’est qu’elle n’est pas inclue dans le patrimoine successoral du souscripteur. De ce fait, le ou les bénéficiaires ne sont pas nécessairement les héritiers.

Quelle est la fiscalité de l’assurance vie ?

L’assurance-vie présente une fiscalité très avantageuse. Les avantages sont doubles puisqu’ils s’appliquent :

  • Lors de rachats.
  • Au profit du bénéficiaire en cas de décès du souscripteur.

Bien que les plus-values obtenues via l’assurance-vie soient imposées par l’administration fiscale française, plus le contribuable laissera son argent longtemps sur son contrat d’assurance-vie, moins il paiera d’impôt. Cela n’empêche que l’assurance-vie génère des revenus qui doivent être déclarés et qui sont imposables au titre de plusieurs impôts.

L’impôt sur le revenu

L’impôt sur le revenu est dû, sur les intérêts reçus, à partir du moment où le souscripteur retire l’argent de son contrat (rachat partiel ou total). Les gains doivent être déclarés en plus des revenus imposables. Selon le moment du retrait, le contribuable sera redevable d’un pourcentage plus ou moins élevé. Le souscripteur a le choix entre sa tranche marginale d’imposition (TMI) et le PFU (prélèvement forfaitaire unique). En cas de souscription au prélèvement forfaitaire unique (PFU), les barèmes sont les suivants :

DATE DE SOUSCRIPTION DU CONTRAT

PRIMES VERSÉES À PARTIR DU 27/09/2017

Encours net de l’ensemble des contrats détenus

< 150 000 €

> 150 000 €

Moins de 8 ans

12,8 % + 17,2 % de l’ensemble des produits

Plus de 8 ans

7,5 % + 17,2 %
Abattement de 4 600€/an pour une personne seule

12,8 % + 17,2 %
Abattement de 4 600€/an pour une personne seule

LES PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX

Les prélèvements sociaux sont différents selon le support d’investissement (fonds euros ou unités de compte).

TYPE D’INVESTISSEMENT

PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX

Euro

Le contribuable est prélevé chaque année sur les intérêts obtenus.

Unités de compte

Le souscripteur sera prélevé uniquement au moment des retraits ou de la clôture du contrat.
Ils sont variables et s’élèvent approximativement à 17,2 % depuis 2019.

Cas particuliers.

Selon sa situation, le détenteur d’un contrat assurance-vie peut être soumis à l’imposition de la rente viagère et à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Pour s’assurer d’être dans les règles aux yeux de l’administration fiscale française, il est préférable de se rapprocher de son centre des impôts afin d’obtenir des renseignements personnalisés

Comment ouvrir un contrat d’assurance vie ?

Si, auparavant, ce sont les professionnels qui démarchaient les contribuables pour leur proposer ce placement financier, aujourd’hui, les rôles se sont inversés. En effet, suite à l’engouement des Français pour l’assurance-vie, ce sont eux qui s’adressent directement à leur conseiller bancaire ou à leur conseiller en gestion de patrimoine afin de souscrire un contrat.

Ainsi, Claire et Etienne souhaitaient trouver un moyen sûr et simple d’épargner en vue de leurs vieux jours en fonction de leur capacité financière sans pour autant bloquer leur argent. Ils ont entendu parler de l’assurance-vie et en ont discuté avec leur conseiller en gestion de patrimoine. Ce dernier leur a proposé plusieurs formules afin de trouver avec eux celle qui leur convenait le mieux : un contrat multisupport avec gestion pilotée pour allier sécurité et rendement.

Il existe de nombreuses formes de contrat d’assurance-vie. Voici les nouvelles formes disponibles sur le marché. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter un de nos conseillers.

  • Le contrat de fonds euro-croissancegarantit le capital investi au terme de la durée du contrat, généralement de 8 ans. Le but de l’assurance-vie en fond euro-croissance est de générer un rendement plus élevé qu’avec le contrat en euros simple.
  • Le contrat vie-générationpermet une épargne en unités de compte uniquement. Cependant, il ouvre droit à une fiscalité successorale avantageuse si les placements concernent des actions en PME ou de l’économie solidaire, par exemple.
  • Le contrat capital-investissementpermet de mettre l’épargne des Français au service des entreprises pour les aider à se financer.

Quels sont les principaux frais d’un contrat d’assurance vie ?

Bien qu’ils ne soient pas obligatoires, nombreux sont les établissements financiers qui usent des divers frais liés à une assurance-vie. Les frais liés à une assurance-vie peuvent être forfaitaires ou proportionnels. Il est donc important de les observer dans le détail.

Les frais à l’ouverture du contrat

La majorité des compagnies d’assurance et les établissements bancaires appliquent des frais d’entrée. Toutefois, certains courtiers en ligne les « offrent ». Cette technique permet de rendre le produit plus attractif. Attention, toutefois, certains répercutent ces frais ailleurs. Il faut donc être vigilant. Chez DCI nous pouvons vous offrir plusieurs contrats à 0% sur tous vos versements et dont les frais sont particulièrement transparents.

Les frais sur versements

Ils sont généralement prélevés à chaque nouvelle opération sur chacun de vos supports, c’est-à-dire à chaque versement que vous réalisez sur votre contrat. Ces frais sont généralement proportionnels au montant versé.

Les frais de gestion

Les frais de gestion sont généralement prélevés tous les ans pour, proportionnellement au montant d’épargne. C’est une somme non-négligeable qui mérite toute l’attention du souscripteur avant de signer un nouveau contrat. Il peut être intéressant de faire jouer la concurrence pour obtenir les meilleures conditions d’assurance-vie.

Les frais d’arbitrage

Moins connus, ils concernent uniquement les contrats d’assurance-vie multisupports. Vous serez prélevés de frais d’arbitrage lors d’un transfert de fonds de placement. Certains produits offrent également les frais d’arbitrage.

Les frais de sortie :

ils sont de plus en plus rares, l’ensemble de nos contrats d’assurance vie sont exempts de frais de sortie

QUELS SONT LES MODES DE GESTION EXISTANTS ?

Vous êtes libre de gérer vous-même votre contrat. Néanmoins, les établissements proposent plusieurs modes de gestion, dans l’objectif de vous faciliter la vie et de mettre en adéquation votre épargne et vos objectifs patrimoniaux. Voici les différents modes de gestion à disposition du souscripteur d’un contrat d’assurance-vie.

L’allocation libre.

Ce mode de gestion vous attribue le rôle de décideur. En effet, vous êtes le seul maître à bord et décidez seul des versements à effectuer et des supports qui sont les plus pertinents pour vos horizons de placement.

La gestion profilée.

La gestion profilée est assurée par les experts financiers qui s’occuperont d’investir votre argent à votre place, dans des fonds qui correspondent à votre profil d’investisseur : prudent, équilibré, dynamique. Ce type de gestion est destiné aux souscripteurs qui recherchent un rendement tout en conservant une prise de risque mesurée.

La gestion pilotée.

Aussi appelée « gestion automatique », la gestion pilotée est, depuis la loi Pacte, proposée comme mode de gestion par défaut sur tous les plans d’épargne retraite (PER). Dès le départ, des options d’arbitrage sont choisies et permettent d’automatiser la gestion. Le souscripteur est, cependant, libre de modifier la répartition de ces actifs.

La gestion sous mandat.

La gestion sous mandat est déléguée à un spécialiste qui gère à votre place votre contrat. Il choisit alors les actifs sur lesquels investir et les mouvements à réaliser au cours de la vie du contrat. Il s’agit de déléguer complètement la gestion de votre assurance-vie à un professionnel. Pour ce faire, vous devez signer un contrat bipartite où seront indiqués les conditions et les objectifs de la gestion.

La gestion à horizon.

Ce mode de gestion s’adresse aux épargnants ayant une vision à long terme de leur stratégie d’épargne. La gestion à horizon applique donc une stratégie d’investissement sur la durée, en fonction de l’âge du souscripteur et de son profil de risque. Généralement, il s’agit d’investir dans un premier temps sur des supports dynamiques puis progressivement d’allouer le capital sur des supports moins risqués.

Que faut-il savoir sur la transmission d’un contrat d’assurance vie ? 

Héritier d’une assurance vie

À la souscription, le propriétaire d’une assurance-vie doit désigner un ou plusieurs bénéficiaires de son contrat, en cas de décès. Le bénéficiaire d’une assurance-vie n’est pas nécessairement un héritier du souscripteur. Il est libre de désigner n’importe qui : ami, conjoint ou même son successeur direct.

La fiscalité appliquée sur le capital versé diffère selon l’âge de l’assuré au moment du versement des primes. Seul le conjoint ou le pacsé est exonéré des droits de succession.

Assurance-vie : fiscalité de la succession

MOMENT DU VERSEMENT

ABATTEMENT PRÉVU SUR LES SOMMES VERSÉES

Avant les 70 ans du souscripteur

Un abattement forfaitaire de 152 500 € par bénéficiaire est effectué. Ensuite, les capitaux sont taxés à 20 % jusqu’à 700 000 € puis à 31,25 % au-delà d’un montant de 852 500 €.

Après les 70 ans du souscripteur

Quel que soit le nombre de bénéficiaire, elles bénéficient d’un abattement unique à hauteur de 30 500 €. Au-delà de ce montant, les sommes versées font partie de l’actif successoral. Les intérêts générés sont exonérés.

Cas particulier :

Les contrats Vie-Génération, mis en place en juillet 2014, sont soumis à des droits de succession particuliers. Un abattement de 20 % est effectué avant l’abattement général de 152 000 €.

Transmettre un contrat.

L’assurance-vie est incontestablement un outil de premier choix pour anticiper sa succession, mais également transmettre un capital à une tierce personne. En effet, ce placement financier permet de s’affranchir des règles de succession. Pour transmettre son contrat d’assurance-vie à moindre coût, plusieurs règles sont à connaître :

  • Vérifier la fiscalité qui s’applique en fonction de la date des versements et de la date de souscription de votre contrat.
  • Adapter la rédaction de la clause bénéficiaireà vos attentes. Il est possible de désigner plusieurs bénéficiaires sur un seul contrat. Le souscripteur peut aussi faire don de son capital à une association. Les possibilités sont illimitées à condition que la clause soit rédigée correctement.

Comment choisir le bon contrat ?

L’offre de contrats d’assurance-vie est large sur le marché. Des contrats en fonds euros aux multisupports en passant par les fonds euro-croissance, il est parfois difficile de s’y retrouver. Et surtout de faire le bon choix. Comment savoir quel type de contrat vous convient le mieux ? Voici quelques conseils pour bien choisir votre assurance-vie en 2023.

  • Connaître votre profil d’épargnant: souhaitez-vous sécuriser votre épargne ou de la dynamiser ?
  • Repérer le taux de rendementdu fonds en euros : si ce n’est pas le seul critère à prendre en considération, il reste un bon indicateur de performance.
  • Se fixer un objectif: quelle est votre motivation (préparer sa retraite, transmettre un patrimoine, faire fructifier son argent, etc.) ?
  • Choisir votre interlocuteur: l’offre de produits proposée ne sera pas la même si vous vous tournez vers votre établissement bancaire ou un expert indépendant tel qu’un conseiller en gestion de patrimoine.
  • Comparer les frais liés à la souscription et l’alimentation de votre contrat.